La violence des hommes envers les femmes et la violence dans les relations proches

La violence dans les relations proches signifie par exemple que quelqu'un menaçe, frappe ou contrôle une autre personne.

En Suède, il est interdit d'utiliser la violence et la menace contre qui que ce soit. Cela constitue une violation des droits d'un être humain et constitue donc un acte criminel.

Il est donc également interdit de recourir à la violence dans le cadre familial. La violence au sein de la famille inclut toutes les formes de violence qui peuvent survenir entre proches. Par proches on entend aussi bien les relations hétérosexuelles que les relations entre personnes du même sexe, les relations entre frères et sœurs ou tout autre lien de parenté. Cela signifie qu'il est donc interdit de frapper son enfant comme son conjoint. Malgré cela, la violence existe dans de nombreuses familles. Le plus souvent ce sont des hommes qui frappent des femmes. La violence dans le cadre familial peut être physique, psychique, économique, matérielle et sexuelle.

Pour un enfant, le fait de voir un de ses parents être victime de violences constitue une forme grave de mauvais traitements. Il est courant que la violence dans le cadre familial soit minimisée et niée, tant par la victime de ces violences que part son auteur. Mais les enfants voient, entendent et ressentent. Il est également courant que l'enfant lui-même soit battu. Le stress constant que constitue la peur de la violence peut avoir des conséquences pour la santé tant physique que mentale.

La violence physique peut se manifester de diverse manières: lorsqu'une personne en frappe une autre, la tire par les cheveux ou la bouscule. La violence psychique peut aussi prendre des formes différentes: lorsqu'une personne en menace une autre, lui fait peur ou la dénigre. Il peut s'agir de dire des choses méchantes à quelqu'un, de lui interdire de voir ses amis. La violence économique s’exerce quand, dans une relation, l'une des parties contrôle la totalité des ressources de la famille et que l’autre  n’a pas suffisamment d’argent pour vivre. La violence peut aussi être matérielle, par exemple quand quelqu’un détruit vos affaires. La violence sexuelle c'est le viol ou d'autres actes sexuels auxquels une personne est obligée ou n'ose pas dire non.

Violence relative à l’honneur

La violence au sein de la famille et la violence envers les femmes existent dans tous les pays et dans toutes les cultures. La violence relative à l’honneur est celle qui s’applique à une personne qui rompt avec les normes et les traditions du groupe ou de la famille.

Photo: Ida Edgren

La norme associée à l'honneur la plus importante est liée à la sexualité des femmes et des filles et au fait qu'une femme doit être vierge lorsqu'elle se marie. La violence basée sur l'honneur peut se manifester par la surveillance et le contrôle strict mais aussi par le fait, par exemple, l'interdiction faite de décider soi-même qui fréquenter ou avec qui se marier, l'expression de menaces de violences physiques ou, dans des cas extrêmes, par le recours à des violences mortelles. En Suède, il est interdit d'utiliser la violence et la menace contre qui que ce soit. Cela constitue un acte criminel.

Les victimes de violences basées sur l'honneur sont le plus souvent des filles et des jeunes femmes mais les garçons peuvent être touchés aussi. Les membres de la communauté LGBTQ sont une catégorie particulièrement exposée. La violence relative à l'honneur est plus fréquente dans des sociétés collectivistes ou là où les hommes ont beaucoup plus de pouvoir que les femmes. Les hommes comme les femmes peuvent faire usage de violences basées sur l'honneur envers une personne qui est allée à l'encontre des normes et des traditions de la famille ou du groupe. La décision de recourir à la violence est souvent prise en commun.

La Suède a signé et ratifié la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations-Unies. Elle stipule que toutes les êtres humains doivent pouvoir décider eux-mêmes de leur vie et de leur avenir. Cela signifie notamment que chacun a le droit de décider de son corps, de sa sexualité et du choix de son partenaire.

Ce que dit la loi

Un homme qui exerce de la violence envers une femme dans une relation intime peut être rendu coupable d'atteinte grave à l'intégrité. Dans le cadre d'autres relations, la personne qui fait usage de violence peut être condamnée à une violation flagrante de l'intégrité. Une personne qui a fait usage de violence dans une relation proche peut être condamnée pour mauvais traitements ou menaces.

De l'aide existe

Les services sociaux ont la responsabilité ultime d'apporter soutien et aide aux enfants, femmes et hommes qui connaissent la violence dans le cadre familial. La commune a aussi la responsabilité d'empêcher que les menaces et les violences se poursuivent, par exemple, en offrant un refuge à celles et ceux qui en sont victimes.

Une permanence d’aide aux femmes victimes de violences est une organisation qui offre soutien et protection aux femmes et aux enfants victimes de violence dans le cadre familial. La plupart de ces permanences sont tenues par des associations, avec l’aide de bénévoles. Il existe de telles permanences  dans tout le pays, ainsi que des permanences pour les jeunes filles. Pour en savoir plus, consultez le site : www.unizon.se

Beaucoup de communes ont des lieux d'accueil en cas de crise pour les femmes et les enfants victimes de violence. Il existe aussi des centres d'accueil spéciaux qui aident les hommes à cesser la violence. Il y a aussi des aides et des formes de protection pour les hommes victimes de violence.

Si vous êtes victime de violence ou de menace et avez besoin d'aide, vous pouvez appeler La ligne d'aide aux femmes victimes de violence, Kvinnofridslinjen. La ligne d'aide aux femmes victimes de violence, Kvinnofridslinjen, est toujours ouverte. L'appel est gratuit. Vous n'avez pas besoin de donner votre nom lorsque vous téléphonez. Pour plus d'infos en plusieurs langues, allez sur le site de Kvinnofridslinjen, www.kvinnofridslinjen.se. Numéro de téléphone: 020-50 50 50.

Les femmes peuvent appeler Terrafem. Le personne à Terrafem parle 50 langues. Vous pouvez téléphoner pendant les jours de la semaine entre 8 heures et 17 heures. L'appel est gratuit. Vous pouvez également laisser votre nom et votre numéro de téléphone, et Terrafem vous rappellera. Numéro de téléphone: 020-52 10 10.

Prostitution et trafic d’être humains à des fins sexuelles

Le Gouvernement suédois affirme que la prostitution et le trafic d’être humains à des fins sexuelles sont une violence contre les femmes. C’est pourquoi la législation choisie ne juge pas les personnes soumises à la prostitution et au trafic d’être humains à des fins sexuelles. C'est au contraire la personne qui achète les services sexuels ou obligent d'autres personnes à avoir des rapports sexuels contre de l'argent qui commettent un crime.

Mutilations génitales féminines

Les filles sont soumises à ces mutilations dans de nombreux pays. Il peut s’agir de l’ablation d’une petite partie des organes génitaux extérieurs de la femme. Cela peut aussi signifier que l'on découpe la totalité des organes que l’on coud ensemble après l’opération.

Risques pour la santé

Les femmes et les petites filles peuvent souffrir de nombreux problèmes consécutifs à une mutilation génitale. Beaucoup ont du mal à uriner car leur urètre a été endommagé. Beaucoup souffrent de douleurs dans les organes génitaux leur vie durant, et leur sexualité en est gravement affectée. Elles peuvent développer des problèmes relatifs aux règles et des infections. Elles peuvent aussi avoir des problèmes lorsqu'elles tombent enceinte et doivent accoucher.

Initiatives contre les mutilations génitales en Suède

Les mutilations génitales féminines sont interdites en Suède. La loi dit que les mutilations génitales sont interdites même si la personne donne son accord. La personne qui exécute la mutilation sur des organes génitaux féminins est passible de prison. En Suède on peut êter condamné, même si les mutilations génitales ont été exécutées dans un autres pays. Il est également illégal de coudre le vagin d’une femme après un accouchement, par exemple.

Toute personne qui travaille avec des enfants et des jeunes en Suède doit faire un signalement aux services sociaux si elle soupçonne qu’une fillette a été excisée ou va l’être.

En Suède il existe plusieurs associations qui travaillent contre les mutilations génitales, par exemple l’Association nationale pour l’arrêt des mutilations génitales féminines (RISK), et l’Association suédoise pour l’éducation sexuelle (RFSU). Ces deux organisations fournissent des informations sur les mutilations génitales en plusieurs langues.

Les soins et l'aide aux femmes victimes de mutilations génitales

Si vous avez des questions ou avez besoin de soins et d’aide, vous pouvez contacter l'infirmière de votre école, le centre de conseils pour les jeunes, un service gynécologique ou la clinique pour femmes de l’hôpital. De nombreuses femmes y ont trouvé de l’aide et retrouvent une vie normale après des soins.

 

< Revenir à la page précédente

Aller au chapitre suivant >

Revenir au menu

Informationsverige.se est le portail commun d’information sociétale des préfectures destiné aux nouveaux arrivants
© Copyright 2016 Préfecture du département de Västra Götaland

Nous utilisons les cookies pour vous donner une meilleure expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies.

En savoir plus sur les cookies