Que font les services sociaux ?

Dernière mise à jour : le 5-10-2021

À propos de la Suède - Pour s’orienter dans la société suédoise.

Ce texte traite des services sociaux. Chaque commune de Suède a des services sociaux qui s’efforcent d’offrir différents types d’aide et de soutien aux personnes qui en ont besoin. Il peut s’agir d’une aide financière pour les familles ou de mesures de soutien pour les personnes présentant une déficience fonctionnelle. Vous apprendrez ici comment les services sociaux travaillent toujours dans l’intérêt supérieur des enfants. Vous trouverez également des informations sur la loi suédoise relative à la protection des moins de 21 ans, dite LVU.

Que font les services sociaux ?

La tâche des services sociaux est d'abord et avant tout de fournir aux parents l'aide et le soutien dont ils ont besoin pour pouvoir s'occuper de leur enfant. Si vous rencontrez des difficultés dans votre rôle parental, il est toujours bon d'en parler à quelqu'un. Changer quelque chose devient ensuite plus facile. Il est également plus facile pour les services sociaux de fournir l'aide adéquate s'ils peuvent travailler avec les parents et si tout le monde se fait confiance.

Ce texte est tiré de la brochure de la Direction nationale de la santé et des affaires sociales intitulée « Les services sociaux agissent dans l'intérêt supérieur de l'enfant – Information pour les parents ».

  • Les services sociaux agissent dans l’intérêt supérieur de l’enfant – Information pour les parents

    De nombreuses familles sont aidées par les services sociaux

    Il existe des services sociaux dans toutes les communes de Suède. Les personnes qui y travaillent sont des travailleurs sociaux qui ont une connaissance particulière des besoins des enfants et dont le rôle est de faire en sorte que tous les enfants puissent grandir en confiance et en sécurité. En pratique, leur travail peut consister, par exemple, à soutenir une famille dont l'un des parents est atteint d'une maladie mentale ou d'une dépendance. Les services sociaux ont également pour mission de protéger les enfants et les parents victimes de violence ou d'abus.

    D'abord, faire que cela fonctionne mieux à la maison

    Les services sociaux peuvent aider les gens de différentes façons. Normalement, on se met d'accord sur les mesures de soutien à mettre en place. Par exemple, une famille où il y a beaucoup de conflits peut rencontrer une personne qui va l'aider à résoudre ses problèmes. En tant que parent, vous pouvez obtenir du soutien dans votre rôle parental, que ce soit sous forme d'entretiens individuels ou en groupe. Les enfants peuvent avoir une personne ressource ou rencontrer d'autres enfants dans la même situation.

    Tout le monde peut demander du soutien et de la protection

    Si vous pensez avoir besoin de soutien ou de protection, vous pouvez prendre vous-même contact avec les services sociaux et leur faire part de votre situation. Les enfants et les parents peuvent contacter les services sociaux pour obtenir de l'aide et du soutien.

    Pour parler aux services sociaux, adressez-vous à leur bureau dans votre commune de résidence. Vous trouverez leur numéro de téléphone et d'autres moyens de les contacter sur le site de la commune.

    Tout le monde peut faire un signalement aux services sociaux

    Quiconque soupçonne qu'un enfant est peut-être victime de mauvais traitements peut le signaler aux services sociaux. Faire un signalement ne signifie pas accuser les parents, cela signifie signaler que l'on est inquiet au sujet de l'enfant. Si le personnel de la crèche, de l'école maternelle, de l'école ou des services de santé soupçonne qu'un enfant subit des mauvais traitements, il est tenu par la loi de le signaler aux services sociaux.

    Un signalement se fait directement aux services sociaux. Si vous voulez seulement poser des questions sur la situation d'un enfant, vous pouvez le faire sans dire le nom de l'enfant.

    Que se passe-t-il ensuite ?

    Si les services sociaux estiment qu'un enfant peut avoir besoin de protection ou de mesures de soutien, il leur incombe de déterminer ce qui est le mieux pour l'enfant et la famille. C'est ce qu'on appelle ouvrir une enquête sur la situation de l'enfant. Dans cette enquête, enfants et parents seront entendus et invités à donner leur version. Les services sociaux peuvent également avoir besoin de parler à d'autres personnes qui connaissent l'enfant, comme par exemple, à d'autres membres de la famille et au personnel éducatif.

    Qu'est-ce que les services sociaux ont le droit de dire ?

    Toute personne qui entre en contact avec les services sociaux doivent pouvoir être sûres que des données sensibles ne sont pas transmises. C'est pourquoi les services sociaux ont la responsabilité de protéger les informations qui sont en sa possession, c'est ce qu'on appelle le devoir de confidentialité. Quand on est titulaire de l'autorité parentale, on a normalement accès à toutes les informations concernant son enfant. À la réserve près que les services sociaux ne doivent jamais dire, même au titulaire de l'autorité parentale, quoi que ce soit qui pourrait faire courir un risque grave à l'enfant. Plus l'enfant grandit, plus il est impliqué dans les décisions qui le concernent. Les enfants plus âgés peuvent donc devoir donner leur approbation pour que leurs parents/titulaires de l'autorité parentale puissent obtenir certaines informations.

    Que se passe-t-il si l'enfant ne peut pas continuer à vivre à la maison ?

    Si la vie dans le cadre familial ne fonctionne pas, il peut être nécessaire que l'enfant aille vivre ailleurs pendant un certain temps. Il peut être autorisé par exemple à vivre dans une famille d'accueil, dans une maison d'enfants ou dans un foyer d'hébergement et de prise en charge (HVB). Dans une telle situation, les parents ont le droit de recevoir un soutien de la part des services sociaux. On peut, par exemple, obtenir de l'aide pour se développer dans son rôle de parent. L'objectif est toujours d'obtenir le meilleur résultat possible pour l'enfant.

    « Koll på soc » – guide des services sociaux pour grands ados

    Le site « kollpasoc.se » est un site d'information destiné aux grands ados. Il fournit des informations sur les activités des services sociaux et leurs possibilités d'aider les enfants et les jeunes. Les textes sont en suédois facile et sont basés sur de vraies questions d'enfants.

La loi sur la protection des moins de 21 ans (LVU)

Si la santé ou le développement d'une personne de moins de 21 ans sont menacés, elle peut être prise en charge en vertu de la loi dite LVU. La LVU est une loi faite pour protéger les enfants et les jeunes contre des risques graves.

La LVU donne aux services sociaux la possibilité de placer un enfant ou un(e) jeune, par exemple, dans une famille d'accueil, contre la volonté de l'enfant et de ses parents. Les services sociaux sont autorisés à le faire si un enfant subit des mauvais traitements ou des violences dans le cadre familial ou si l'enfant lui-même a des comportements qui peuvent lui être préjudiciables ou nuisibles.

  • Entretien avec Karin de la Direction nationale de la santé et des affaires sociales

    Bonjour Karin ! Que fait la Direction nationale de la santé et des affaires sociales ?

    La Direction nationale de la santé et des affaires sociales est, en Suède, l'autorité publique qui a la responsabilité des questions de la santé et de la protection sociale. Cela signifie que nous produisons et développons des statistiques, des règles et des données qui sont utilisées par les services de santé et les services sociaux. Nous apportons un soutien et une assistance à ceux qui travaillent dans les services de santé et les services sociaux afin que tout le monde ait accès à des services de même qualité.

    Quelles peuvent être les raisons pour lesquelles un enfant est pris en charge par les services sociaux et ne peut pas continuer à vivre avec sa famille?

    Il peut y avoir plusieurs raisons à cela. Une raison peut être par exemple que l'enfant est en danger ou risque de se retrouver en danger, parce que l'un de ses parents utilise des drogues ou est violent. Une autre raison peut être que l'enfant risque de se faire du mal ou de faire du mal à d'autres.

    Qui décide de la prise en charge d'un enfant ?

    Ce sont les services sociaux qui ont la responsabilité ultime pour les enfants qui ont besoin de l'aide de la société. Ils peuvent prendre différentes mesures de soutien et de protection pour aider les enfants qui en ont besoin. En cas d'urgence, les services sociaux peuvent décider eux-mêmes de prendre l'enfant en charge et de le placer immédiatement dans une autre famille que celle de l'enfant ou dans un foyer. Un tribunal dira ensuite si la décision des services sociaux était correcte.

    Comment fonctionne une prise en charge ?

    Une prise en charge peut se faire de différentes manières. Dans certains cas, les parents et les services sociaux conviennent que l'intérêt de l'enfant est de ne plus vivre à la maison pendant un certain temps et donc de le placer dans une autre famille ou dans un foyer. C'est ce qu'on appelle un placement volontaire.

    Les services sociaux et le tribunal peuvent parfois décider de placer un enfant dans une autre famille ou dans un foyer contre la volonté de ses parents ou de l'enfant. C'est ce qu'on appelle un placement forcé. Les services sociaux et le tribunal le font dans l'intérêt supérieur de l'enfant. Ils prennent leur décision en vertu de la loi sur la protection des moins de 21 ans, dite LVU.

    Un enfant peut être placé dans une famille d'accueil, dans une maison d'enfants ou dans un foyer d'hébergement et de prise en charge (HVB). Ce sont les services sociaux qui organisent l'hébergement de l'enfant. Les services sociaux fournissent également un soutien et une assistance à l'enfant et à ses parents en liaison avec le placement.

    Est-ce que je peux émettre des préférences au sujet de l'endroit où l'enfant doit être placé, par exemple pour qu'il puisse pratiquer sa religion ou parler sa langue ?

    Oui, l'enfant, ses parents ou les titulaires de l'autorité parentale peuvent exprimer des souhaits en ce qui concerne le lieu de placement de l'enfant. L'enfant a droit à sa langue, à sa religion et à ses origines ethnique et culturelle.

    Lorsque les services sociaux doivent placer un enfant, ils doivent envisager la possibilité pour l'enfant de vivre avec, par exemple, un oncle ou une tante ou des ami(e)s. Ce qui compte, c'est ce qui est le mieux pour l'enfant. Cela implique que tous les souhaits ne peuvent pas toujours être satisfaits.

    Quand l'enfant pourra-t-il rentrer dans sa famille ?

    La durée du placement peut varier. Il peut être de quelques jours, semaines, mois ou durer jusqu'à ce que l'enfant atteigne l'âge adulte.

    Quand cela est possible, l'objectif est que l'enfant puisse retourner vivre dans sa famille. Pendant que l'enfant est pris en charge, les parents ont droit au soutien et à l'aide des services sociaux.

    Je soupçonne que mon voisin frappe ses enfants, que dois-je faire ?

    Si vous soupçonnez qu'un enfant est victime de mauvais traitements ou de violences, vous devez signaler vos préoccupations faire un signalement aux services sociaux. Les enfants racontent rarement qu'ils sont battus ou maltraités. Il est donc important que les adultes qui sont proches de l'enfant agissent s'ils ressentent une inquiétude à son sujet.

    Les services sociaux ont la responsabilité ultime de fournir aux enfants la protection et le soutien dont ils ont besoin. Pour pouvoir le faire, ils doivent savoir si un enfant a besoin de l'aide de la société. Le signalement est un des moyens par lesquels les services sociaux peuvent en être informés.

    Lorsque les services sociaux reçoivent un signalement, ils examinent la situation pour voir si l'enfant a besoin d'aide. Les coordonnées des services sociaux se trouvent sur le site de votre commune.

    La violence ainsi que toutes les autres formes de crime et de délit, doivent également être signalées à la police.

    Mon enfant est à la maison pendant la journée. Il est debout une bonne partie de la nuit et dort pendant la journée. Que dois-je faire ?

    Essayez de comprendre pourquoi votre enfant fait cela. Certains enfants restent toute la journée à la maison parce qu'ils ou elles sont tristes ou ressentent de l'anxiété. Cela peut être dû au fait que l'enfant ne se sent pas en sécurité à l'école ou qu'il ou elle souffre de troubles psychiques. Cela peut amener l'enfant à choisir de ne pas aller à l'école. Cela peut également affecter la façon dont il ou elle se sent et ses relations avec ses ami(e)s et sa famille.

    Demandez de l'aide le plus tôt possible. Vous pouvez par exemple en parler à l'école, aux services sociaux ou au Service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (BUP). Parfois, différents intervenants doivent travailler ensemble pour donner à l'enfant le soutien nécessaire. De nombreuses communes et régions offrent un soutien et un traitement précoces par l'intermédiaire d'un service dit de première ligne. Le soutien peut inclure des entretiens conseils, une thérapie ou un traitement médicamenteux si nécessaire.