Normes

Dernière mise à jour : le 12-8-2021

À propos de la Suède - Pour s’orienter dans la société suédoise.

Ce texte traite des normes. Il y a des normes dans toutes les sociétés. Les normes sont des idées et des règles non écrites sur la façon dont nous sommes supposé(e)s être, vivre, nous habiller et nous comporter dans la société où nous vivons. La norme, c’est ce qui est considéré comme « normal » dans une situation ou dans une société donnée. Les normes ont une influence sur la façon dont vous vous comportez envers les autres et sur la façon dont les autres se comportent envers vous. Ce sont des normes qui décident, par exemple, comment on doit faire la queue au supermarché et comment on doit se saluer.

Nous traiterons ici de ce qu’est une norme. Vous verrez comment certaines normes peuvent limiter les gens et comment ces normes peuvent être changées.

Les normes, qu'est-ce que c'est ?

Les normes peuvent varier d'un pays à l'autre. En Suède, c'est la norme de se serrer la main quand on se présente à une personne pour la première fois. Par exemple, à l'occasion d'un entretien d'embauche. Une autre norme largement respectée en Suède est d'enlever ses chaussures quand on entre chez une personne, alors que dans de nombreuses régions du monde, on ne le ferait jamais. Quand on arrive dans un nouveau pays, il peut être difficile de connaître les normes qui y sont appliquées.

Les normes changent et sont différentes selon les cultures, le temps et l'endroit du monde où vous êtes. Si nous regardons le passé, nous pouvons voir comment les normes ont changé au fil du temps. Au 18ème siècle, en Suède, il était, par exemple, à la mode pour les hommes riches de porter des chaussures à talons, des perruques et du rouge à lèvres. Au 19ème siècle, il était impensable pour une femme mariée en Suède de sortir de sa maison sans se couvrir les cheveux.

Toutes les sociétés ont besoin de normes et, souvent, ces normes peuvent apporter quelque chose de positif. Elles peuvent aider à créer de l'ordre et faciliter le vivre ensemble. En Suède, il est par exemple normal de faire la queue et d'attendre son tour dans un magasin d'alimentation. Si une personne ne respecte pas cette règle non écrite et passe devant tout le monde, ceux qui attendaient leur tour vont avoir un sentiment de confusion et de mécontentement. Il peut être difficile pour une personne qui enfreint une norme de comprendre ce qu'elle a fait comme erreur.

  • Questions pour la réflexion

    Avez-vous découvert des normes auxquelles vous n'étiez pas habitué(e) depuis votre arrivée en Suède ?

    Pensez à la façon dont les gens peuvent réagir si vous passez devant tout le monde alors qu'il y a une file d'attente ou si vous ne respectez pas une autre norme.

Les normes qui limitent les gens

Certaines normes peuvent commander et contrôler les gens de manière négative. Il existe des normes qui peuvent avoir pour conséquence que les gens n'osent pas être eux-mêmes. Elles peuvent également être discriminantes à l'égard de ceux qui ne correspondent pas à la norme. Il existe plusieurs exemples de normes qui limitent les gens dans leur vie. On peut par exemple citer :

  • La norme selon laquelle tout le monde est hétérosexuel. C'est-à-dire qu'une femme est censée n'être attirée que par les hommes et ne pouvoir tomber amoureuse que d'hommes. Et, parallèlement, qu'un homme est censé n'être attiré que par les femmes et ne pouvoir tomber amoureux que de femmes. Cette norme peut être discriminante à l'égard des personnes qui ne sont pas hétérosexuelles. Cette norme implique notamment qu'une femme mariée à une autre femme aura à faire face à des réactions plus négatives qu'une femme mariée à un homme.
  • La norme en matière de capacité fonctionnelle. Selon cette norme, tout le monde est a priori en mesure de se déplacer, de voir, d'entendre et de comprendre une information de la même manière. Elle a pour conséquence que l'accès des personnes ayant une déficience fonctionnelle à différents aspects de la société est restreint et qu'elles sont donc limitées dans leur vie. C'est, par exemple, le cas lorsqu'une personne a besoin d'un ascenseur ou d'un(e) interprète en langages des signes et qu'il n'y en a pas.

Nous sommes toutes et tous influencés par les normes existantes en matière de sexe, de couleur de peau, de handicap, de sexualité, d'âge et de religion. Ces normes ont pour conséquence que nous imaginons souvent comment une personne doit être sur la base de son appartenance à tel ou tel groupe. Les normes et les représentations que nous projetons sur une femme qui peut marcher et sur une femme qui est en fauteuil roulant sont ainsi totalement différentes. Les normes sont donc aussi des instruments de discrimination et de pouvoir. Les personnes qui correspondent à la norme sont accepté(e)s, ont plus de possibilités et sont plus en capacité d'influencer la société et leur propre vie. Les personnes qui ne correspondent pas à la norme risquent d'être moins bien traitées, harcelées et discriminées.

Ce sont nous qui créons ces normes. Si nous sommes conscient(e)s des normes qui nous limitent, nous pouvons les changer pour que plus de gens puissent se sentir pleinement intégrés dans la société. La critique de la norme est une méthode qui est souvent utilisée pour étudier comment les différentes normes qui existent affectent la vie quotidienne des gens et les valeurs de la société. À l'aide de la critique de la norme, nous pouvons identifier les groupes qui ont beaucoup de pouvoir et ceux qui n'en ont pas ou qui sont limités par les normes en vigueur. Au quotidien, il peut par exemple s'agir de changer son langage en utilisant "votre partenaire" au lieu d'avoir à choisir entre "votre mari" et "votre femme". Ainsi, en ne faisant aucune présupposition du sexe du/de la partenaire en question, vous ne participez pas à véhiculer une norme limitative.

On peut changer les normes

Dans les années 1950, la norme en Suède était que les femmes devaient rester à la maison pour s'occuper des enfants et du ménage, tandis que les hommes eux devaient travailler et subvenir aux besoins de la famille. Cela a rendu la femme financièrement dépendante de son mari. Depuis, la norme a changé. Au cours des années 60 et 70, plusieurs décisions politiques ont contribué à faciliter l'entrée des femmes sur le marché du travail. Aujourd'hui, il y a presque autant de femmes que d'hommes qui travaillent.

Le Riksdag et le gouvernement suédois travaillent de différentes façons pour changer les normes qui limitent les libertés de chacun(e) et créent de la discrimination. Un exemple de ce travail est la politique d'égalité des sexes adoptée par le parlement suédois. Un autre exemple en est la Loi sur la discrimination.