Les droits des minorités nationales et des peuples autochtones

Dernière mise à jour : le 12-8-2021

À propos de la Suède - Pour s’orienter dans la société suédoise.

Ce texte traite des minorités nationales et des peuples autochtones. En Suède, il y a un peuple autochtone, les Samis. Le peuple sami vit ici depuis des milliers d’années, bien avant que la Suède ne devienne un pays à part entière. Autrefois, les Samis subvenaient à leurs besoins en chassant, en pêchant et en élevant des rennes. Certains Samis ont encore un mode de vie similaire. Les Samis ont leur propre langue, leur propre culture et leur propre histoire. Les Samis ont également un drapeau et un hymne national. Peut-être y a-t-il aussi un peuple autochtone dans le pays d’où vous venez ? Peut-être appartenez-vous, vous-même à un peuple autochtone ?

Vous apprendrez quelles sont les minorités nationales en Suède. Le travail nécessaire pour mettre fin à la discrimination contre les minorités nationales et les peuples autochtones sera également abordé.

Quelles sont les minorités nationales ?

Plusieurs peuples vivent en Suède depuis très longtemps. Il existe cinq minorités historiques nationales reconnues en Suède : les Juifs, les Roms, les Samis, les Finlandais de Suède et les Tornédaliens. Chacune de ces minorités historiques nationales a sa propre langue, sa propre culture et sa propre histoire. Chaque personne peut décider si elle fait ou non partie de l'une de ces minorités.

Il existe cinq langues minoritaires en Suède : le yiddish, le romani, le same, le finnois et le meänkieli ou finnois tornédalien. Tous les membres appartenant à une minorité nationale ne parlent pas la langue de leur minorité.

Les minorités nationales ont, par périodes, été mal traitées en Suède. Certains groupes ont, par exemple, été forcés de déménager, n'ont pas été autorisés à parler leur langue ou ont été forcés d'abandonner leurs enfants.

  • Questions pour la réflexion

    Quelle est la différence entre les cinq minorités nationales reconnues et les autres groupes minoritaires en Suède qui, eux aussi, ont leur propre langue, leur propre culture et leur propre histoire ?

La situation des minorités nationales en Suède s'est améliorée

La situation des minorités est meilleure aujourd'hui qu'elle ne l'était avant. Elles ont elles-mêmes contribué à cette amélioration. Elles se sont battues pour leurs droits et ont exigé de bénéficier du même respect que tout le monde dans la société. Les Samis, par exemple, ont commencé à s'organiser pour défendre leurs droits il y a une centaine d'années. Le Parlement sami de Suède a été créé en 1993. Le rôle de cette assemblée est de travailler pour la préservation et le développement de la culture sami.

Il arrive encore aujourd'hui que des minorités soient victimes de discrimination. Les membres de minorités peuvent, par exemple, avoir plus de difficulté à trouver un emploi, être traités différemment des autres s'ils entrent dans un magasin ou se faire harcelés à l'école. Mais la Suède s'efforce aujourd'hui de faire en sorte que les minorités nationales ne soient pas discriminées et que leurs patrimoines culturels restent bien vivants dans notre pays.

La Suède a reconnu les Juifs, les Roms, les Samis, les Finlandais de Suède et les Tornédaliens comme des minorités nationales. En reconnaissant les minorités nationales historiques, la Suède montre qu'elle attribue une grande valeur à la contribution de ces différents groupes à la culture de notre pays en faisant partie de son histoire depuis longtemps.

  • Questions pour la réflexion

    Pouvez-vous donner des exemples de groupes minoritaires dans des pays autres que la Suède qui ont fait l'objet de discrimination et qui n'ont pas eu la liberté de parler leur langue ou de pratiquer leur culture?

Accords et engagements internationaux

Afin de protéger les droits des minorités, le Conseil de l'Europe a plusieurs types d'accords entre les pays d'Europe. Le Conseil de l'Europe est la principale organisation européenne en matière de défense des droits de l'homme.

Depuis 2000, les deux accords suivants sont applicables en Suède :

  • La Convention-cadre du Conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales. Les pays qui ont signé cette convention se sont engagés à lutter contre toute discrimination des minorités nationales. Les pays qui ont signé la Convention doivent également faire en sorte que les traditions et la culture des minorités nationales soient préservées et restent vivantes dans la société. Un(e) Rom doit par exemple avoir la possibilité de communiquer en romani, oralement et par écrit, avec les autorités suédoises.
  • La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. L'objectif de la Charte est de protéger les langues qui risquent de disparaître.

Il existe également des accords spécifiques sur les droits de l'homme dont le but est de protéger les peuples autochtones comme les Samis :

  • La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Il y est notamment dit que les peuples autochtones ont droit à l'autodétermination. Le droit à l'autodétermination d'un peuple autochtone, c'est le droit de décider de manière autonome ce qui est le mieux pour les gens qui appartiennent à ce peuple.
  • La Convention de l'Organisation internationale du travail (OIT) relative aux peuples indigènes et tribaux. La Suède n'a pas signé cette convention, maisceux qui luttent pour les droits des Samis veulent que la Suède le fasse.

C'est au gouvernement, aux autorités et administrations publiques, aux régions et aux communes de Suède de veiller à respecter ce que les pays membres du Conseil de l'Europe et de l'ONU ont convenu. Si un pays ne respecte pas les règles, le Conseil de l'Europe et l'ONU peuvent le critiquer et dire ce qu'il doit améliorer. La Suède a été critiquée pour la discrimination dont sont victimes les Samis, les Roms et d'autres minorités. La Suède a également été critiquée parce que les délits commis à l'encontre des minorités nationales font rarement l'objet de poursuites judiciaires.