Les droits de l’homme, qu’est-ce que c’est ?

Dernière mise à jour : le 11-8-2021

À propos de la Suède - Pour s’orienter dans la société suédoise.

Ce texte traite des droits de l’homme. Vous avez certainement entendu parler du concept de droits de l’homme. Mais que signifie-t-il et à qui s’applique-t-il ? Fondamentalement, les droits de l’homme s’appliquent aux choses auxquelles on a droit parce que l’on est un être humain. Ces droits s’appliquent donc à toutes les personnes. Vous avez, par exemple, comme tout être humain, le droit à accéder aux soins de santé et à l’éducation. Vous avez le droit d’avoir assez à manger pour vous sentir rassasié(e). Vous avez le droit d’avoir un pays où vivre et exercer vos droits de citoyen/ne.

Vous trouverez aussi un rappel historique sur les droits de l’homme, ce que ces droits signifient et le travail que font les Nations Unies sur le sujet.

Collage avec des images de personnel de santé, d’une assiette de nourriture et d’une classe d’école.

Les droits de l'homme dont nous jouissons aujourd'hui sont le résultat de révoltes et de réactions à des violations et des abus graves et généralisés.

Les droits de l'homme sont fondés sur l'idée que tous les êtres humains ont des droits universels qui sont les mêmes pour tous, indépendamment de son sexe, de son orientation sexuelle, de sa culture, de ses origines ethniques ou d'autres caractéristiques qui peuvent nous rendre différents les uns des autres.

L'origine de la notion de droits de l'homme

L'idée selon laquelle chaque être humain a des droits est aussi vieille que les grandes religions du monde. La nature exacte de ces droits est discutée depuis des siècles par des gens de cultures et de religions différentes à travers le monde.

Mais ce n'est qu'au milieu du 20ème siècle que la protection des droits de l'homme est devenue un enjeu mondial. À l'époque, la planète connaissait un conflit mondial. Cette guerre a duré de 1939 à 1945 et est connue sous le nom de Seconde Guerre Mondiale. La seconde guerre mondiale est l'une des guerres les plus meurtrières de l'histoire. 50 à 60 millions de personnes sont mortes. Pendant la guerre, les nazis étaient au pouvoir en Allemagne. Pour les nazis, les gens n'avaient pas tous la même valeur.

Pendant la guerre, les nazis ont persécuté, asservi et assassiné six millions de Juifs. On appelle le génocide des Juifs l'Holocauste. Mais les nazis ne s'en sont pas seulement pris aux Juifs. Les Roms, les homosexuels, les personnes handicapées et les personnes qui avaient des opinions différentes ont également été victimes des nazis. À la fin de la guerre, de nombreuses villes d'Europe et d'Asie étaient entièrement détruites. Les gens qui avaient survécu à la guerre étaient en fuite et se retrouvaient sans logement et sans nourriture. De nombreux pays voulaient faire en sorte que ce qui s'était passé ne puisse plus se reproduire. Ensemble, ils ont décidé de créer l'Organisation des Nations Unies, l'ONU.

L'ONU a été fondée en 1945. À sa création, 51 pays en étaient membres. Ils ont fondé l'ONU pour empêcher les guerres. Mais aussi pour protéger les droits de chaque être humain. Depuis la création de l'ONU, les pays membres ont, entre autres, travaillé à ramener la paix et à aider les personnes en situations d'urgence. L'ONU apporte son aide notamment aux opérations de maintien de la paix, à la distribution de nourriture et d'eau et à la mise à disposition de soins médicaux dans les pays où il y a guerre. Aujourd'hui, l'ONU compte 193 pays-membres.

La Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies

L'un des premiers travaux de l'ONU a été de s'entendre sur ce que l'on devait considérer comme droits les inaliénables de l'être humain, c'est-à-dire des droits que rien ni personne ne peut refuser ni enlever à qui que ce soit. En 1948, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme. Il s'agissait du premier document international qui décrivait clairement les libertés et les droits de tous les êtres humains.

Le but d'une grande partie de ce qui est écrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme était de faire en sorte que les choses terribles qui s'étaient produites pendant la seconde guerre mondiale ne puissent plus se reproduire. Il y est notamment écrit que :

  • Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.
  • Vous avez droit à une vie sans violences.
  • Vous avez le droit de dire votre opinion et de la partager avec d'autres.
  • Vous avez le droit à la vie et à la sécurité.
  • Vous avez le droit au travail, au repos et à des congés payés.
  • Vous avez le droit d'aller à l'école.
  • Vous ne pouvez pas être moins bien traité(e) que les autres à cause de votre sexe ou de votre couleur de peau.
  • Vous avez droit à une bonne santé et à des soins médicaux.
  • Vous avez le droit de vous marier et de fonder une famille.
  • Vous avez droit à avoir de quoi manger, vous vêtir et vous loger.
  • Vous avez le droit de fuir dans un autre pays et d'y demander l'asile si votre vie est en danger.
  • Vous avez le droit de croire en la religion de votre choix. Vous avez aussi le droit de ne croire en aucune religion.

La Déclaration universelle des droits de l'homme contient un total de 30 dispositions, appelées articles.

Des conventions pour protéger les groupes particulièrement vulnérables

L'ONU a mis au point des règles pour préciser comment les pays doivent mettre en pratique la Déclaration universelle des droits de l'homme. Ces règles sont définies dans ce qu'on appelle des conventions. Une convention est une sorte d'accord entre pays. Les pays signataires d'une convention s'engagent à suivre les règles qu'elles contiennent. Il y a plusieurs conventions. Chaque convention traite d'un certain nombre de droits dans un domaine donné.

Les premières conventions des Nations Unies ont été rédigées presque au même moment que la Déclaration universelle et portaient sur les droits des réfugiés, l'obligation de prévenir le génocide et l'interdiction de la discrimination raciale.

Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques a été adopté par l'ONU dans les années 60. Parallèlement a été élaboré le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Mais, bien que l'ONU ait décidé que tous les êtres humains devaient avoir les mêmes droits, elle n'a pas été respectée par tous les pays. Par exemple, dans les années 70 et 80, on a appris que plusieurs pays acceptaient encore le mariage des enfants et que les filles n'étaient pas autorisées à aller à l'école. C'est la raison pour laquelle l'ONU a adopté des conventions spéciales qui interdisent explicitement la discrimination à l'égard des femmes et reconnaissent les droits de l'enfant.

L'interdiction de la torture et les droits des personnes handicapées sont d'autres questions importantes sur lesquelles l'ONU s'est sentie obligée de définir des règles.

L'ONU a également pris position pour la reconnaissance des droits des personnes LGBTQI, c'est-à-dire homosexuelles, bisexuelles, transgenres, queer et intersexuées.

La Suède a signé de nombreuses conventions. Ces conventions traitent des questions suivantes :

  • Les droits de l'enfant
  • L'interdiction de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes
  • L'abolition de toutes les formes de discrimination raciale
  • Les droits des personnes handicapées
  • Les droits civils et politiques
  • Les droits économiques, sociaux et culturels
  • La prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
  • Questions pour la réflexion

    Réfléchissez un instant à la différence qui existe entre une convention et une loi.

    Que se passe-t-il, selon vous, lorsqu'un pays viole une convention ?

Les lois protègent nos droits de l'homme

Si une autorité ou un particulier viole les droits de l'homme, c'est principalement la responsabilité de l'État de veiller à ce que la victime reçoive l'aide dont elle a besoin. En Suède, les droits de l'homme sont protégés par plusieurs lois. L'État suédois doit veiller à ce que tous les gens puissent jouir de leurs libertés fondamentales et soient protégés contre les abus. L'État doit également faire en sorte que les besoins fondamentaux des gens soient satisfaits et travailler pour que chacun soit traité de la même manière, quel que soit - par exemple - son sexe ou sa couleur de peau.

Voici quelques exemples de lois qui protègent nos droits :

  • Les lois fondamentales suédoises protègent plusieurs droits. Elles interdisent, entre autres, la peine de mort, la torture et les châtiments corporels. Les lois fondamentales stipulent également que toute personne soupçonnée d'un crime a droit à un procès équitable.
  • La loi sur l'école précise que tous les enfants ont le droit d'aller à l'école.
  • Le Code parental et la Convention relative aux droits de l'enfant décrivent la responsabilité des parents et de la société envers les enfants et protègent les droits de l'enfant.
  • La loi sur la discrimination interdit la discrimination à l'égard des personnes pour leur religion, leur sexe, leur identité de genre, leur orientation sexuelle, leur origine ethnique, leur handicap ou leur âge.
  • La loi sur les services de santé stipule que toute personne vivant en Suède a le droit de recevoir des soins. Si vous avez un permis de séjour, vous avez les mêmes droits aux soins que les citoyens suédois.

Les droits de l'homme sont également protégés par la Convention européenne des droits de l'homme et par la Convention relative au statut des réfugiés.

La Convention européenne des droits de l'homme

La CEDH contient des dispositions qui protègent les droits de l'homme et les libertés fondamentales. Cette convention stipule que personne ne doit être victime de torture ou de discrimination et que chacun a le droit de pratiquer sa religion.

La CEDH a force de loi en Suède. Cela signifie que toutes les lois et décisions adoptées en Suède doivent être conformes aux principes de la CEDH.

Il est possible de se tourner vers un tribunal spécial si on estime que ses droits ont été violés. C'est la Cour européenne des droits de l'homme.

La convention relative au statut des réfugiés

Le droit de fuir vers un autre pays si sa vie est en danger est reconnu comme un droit inaliénable de l'être humain. Pour garantir la protection des réfugiés, il existe une convention spéciale appelée Convention relative au statut des réfugiés. La Convention relative au statut des réfugiés stipule qu'aucun(e) réfugié(e) ne doit être forcé(e) de retourner dans un pays où il ou elle risque d'être tué,(e) emprisonné(e) ou victime de mauvais traitements.

Des règles spéciales ont été adoptées pour déterminer qui peut avoir le statut de réfugié. Vous pouvez avoir le statut de réfugié si vous pouvez démontrer que vous avez des raisons de craindre d'être persécuté(e) à cause de :

  • votre race
  • votre nationalité
  • vos croyances religieuses ou vos opinions politiques
  • votre sexe
  • votre orientation sexuelle ou
  • le fait que vous apparteniez à un certain groupe social.

Une personne peut-être persécutée par les autorités de son pays d'origine. Il est également possible que les autorités du pays ne veuillent pas ou ne puissent pas protéger la personne contre les menaces et les persécutions dont elle est l'objet.

  • Questions pour la réflexion

    Que signifie de "pouvoir démontrer" que l'on a des raisons de craindre d'être persécuté(e) et que l'on a besoin d'asile ?

Violations des droits de l'homme

Beaucoup de pays du monde violent les droits de l'homme. Des violations des droits de l'homme ont également lieu dans les pays où il n'y a pas la guerre. Beaucoup de gens sont victimes de persécution et d'oppression. De nombreux pays sont trop pauvres pour avoir les moyens de garantir à tous le respect de leurs droits.

Il existe des groupes au sein de l'ONU qui sont chargés de s'assurer que les pays respectent les règles définies dans les conventions. Si un pays ne suit pas ces règles, le groupe peut le signaler et dire ce qu'il doit améliorer. Ces groupes sont appelés comités de suivi. La Suède a, par exemple, été critiquée par l'ONU pour avoir renvoyé des réfugiés vers des pays où ils risquaient d'être victimes de torture ou condamnés à la peine de mort.

Plusieurs pays du monde ont amélioré leur travail en matière de droits de l'homme. On constate, par exemple, que le nombre de personnes exécutées diminue et que de plus en plus de gens ont accès à l'éducation et aux soins. Mais il reste encore beaucoup à faire pour que tous les êtres humains de la planète puissent jouir de tous leurs droits.

Que signifient les droits de l'homme pour les gens dans leur vie quotidienne ?

Nous utilisons nos droits tous les jours. Nous pouvons porter plainte si nous n'obtenons pas ce à quoi nous avons droit. C'est pour cela qu'il est important de connaître ses droits.

Si vous ou vos enfants allez à l'école ou à l'université, vous utilisez votre droit à l'éducation. L'école et l'université sont gratuites en Suède. Si vous tombez malade et si vous avez besoin d'une opération, vous n'avez pas à vous préoccupez de ce que coûte l'opération. En Suède, le droit aux soins pour tous est financé par les impôts que nous payons ensemble.

Personne ne doit craindre d'être interpellé ou arrêté par la police sans motif, c'est-à-dire sans qu'il existe des soupçons. Si vous êtes accusé(e) d'un délit ou d'un crime, vous bénéficierez gratuitement de l'aide d'un avocat pour respecter le principe selon lequel tous les gens doivent être égaux devant la loi et avoir une chance égale de se défendre.

Vous avez le droit de créer un groupe ou une association et de nombreuses associations reçoivent un soutien financier de l'état. Peut-être voulez-vous créer une association pour le sport, ou la culture ? Ou peut-être un cercle d'étude pour parler de politique ? Vous avez le droit de vous réunir, de former un groupe ou une association et de discuter de ce que vous voulez.

Vos droits s'appliquent également à votre vie professionnelle. Par exemple, si un employeur ne veut pas vous embaucher parce que vous pratiquez une religion que votre patron n'aime pas, vous pouvez demander l'aide d'une antenne de lutte contre la discrimination (antidiskrimineringsbyrå). Les spécialistes qui y travaillent peuvent vous donner des conseils et vous apporter un soutien si vous avez été victime de discrimination. Ils peuvent également vous aider à porter plainte.